Chapitre 58 : L’accident à la fête

En parlant de la magnificence des bâtiments, le Palais du Roi de Chambord se classerait parmi les trois premiers parmi les 250 royaumes affiliés contrôlés par l’Empire Zenit. Toutes les structures avaient été faites en minant et en assemblant d’énormes pierres blanches. Une place en pierre extrêmement spacieuse se trouvait juste devant le palais. Sur les côtés est, ouest et nord de la place, il y avait de grands piliers de pierre de trente ou quarante mètres de haut et des statues de dix mètres de haut de tous les dieux. Le majestueux palais du roi se trouvait derrière ces piliers et statues. Les portes se trouvaient du côté sud de la place où pouvaient entrer les citoyens et les soldats.

 

La fête serait organisée sur la place extérieure en pierre.

 

La foule qui célébrait se rassemblait sur la place. Six énormes feux étaient allumés et illuminaient le ciel noir. Il y avait dix tours de bois géantes que les citoyens et les soldats avaient construit, situés au milieu de la place. Ils mesuraient tous six ou sept mètres (m) et les cadavres de tous les soldats et citoyens morts pendant la guerre étaient placés sur les couches des tours.

 

Les soldats du roi portaient une armure claire et patrouillaient la place et le palais du roi avec des lances à la main. Les citoyens étaient vêtus de robes blanches et chantaient et dansaient. Des acrobates faisaient des acrobaties sur le sol et de belles femmes tenaient leurs mains et dansaient autour du feu. Les gens brandissaient des branches d’arbre vertes qui représentaient la vie et l’espoir et riaient joyeusement.

 

La nuit continua.

 

Faisant des “clips-clopes”, le prince de l’Empire Zenit, Tropinski arriva avec ses gardes de cavalerie. Le vieil homme Bast menait le prince et ses acolytes aux sièges VIP sous les statues du dieu du côté ouest de la place. Parce que Zenit était leur empire parental, les citoyens et les sujets de Chambord avaient accueilli chaleureusement l’arrivée du prince. De nombreux pétales parfumés et de l’eau claire étaient répandus sur eux.

 

Tropinski avait vraiment apprécié cet accueil.

 

À ce moment, Tropinski avait étonnamment montré le style et la grâce d’un prince d’un empire. Il sourit doucement et agita continuellement la main vers les citoyens environnants. Cependant, la cavalerie derrière le prince avait des attitudes défavorables envers ces gens de basse classe dans ce petit royaume. Après avoir vu les sourires et entendant les acclamations, ils gardèrent leur attitude hautaine et arrogante comme s’ils regardaient leurs chiens agiter leurs queues avec flatterie.

 

Voyant que le prince Tropinski était le seul qui était là pour se joindre à la fête, Bast était un peu déçu. La princesse aînée Tanasha était le chef de la légion et elle contrôlait tout ; Cependant, il ne pouvait pas lire son attitude ni ses intentions. Cette fête était une grande occasion pour lui de l’observer, mais elle n’était pas venue …… Bien que ce fût le cas, Bast ne négligea personne ; il ordonna aux domestiques de surveiller leurs propres manières et de prendre soin des invités correctement.

 

Après plus de dix minutes, la foule se calma progressivement. La place était calme.

 

A ce moment, deux escouades de soldats en armures sortirent de l’immense palais de pierre du côté nord de la place et formèrent deux lignes droites des deux côtés du chemin. Puis sous l’attention de tout le monde, le roi Alexander apparut dans les escaliers en face du palais tout en tenant la main de sa belle fiancée Angela.

 

Fei était vêtue d’une robe de roi azur. La robe flottait au vent et était parfaitement cadrée pour son corps mince et musclé. Il portait également une couronne en forme de feuille d’or. Ses cheveux noirs comme de l’encre, ses yeux limpides, sa silhouette robuste, son tempérament inégalé qu’il avait acquis tout au long de ses meurtres froids et son affinité naturelle s’étaient parfaitement combinés. Regardant de loin, il était comme un dieu qui se tenait haut dans le ciel et qui représentait de façon vivante le monarque du royaume.

 

À côté de lui, la belle Angela était dans une robe de couleur azur. Une fine ceinture d’or pendait autour de sa taille ; sa peau était plus fine et plus blanche que la neige sur les plus hautes montagnes. Elle portait une couronne faite de nombreuses sortes de fleurs. Avec le vent flottant dans ses cheveux, elle ressemblait à une déesse qui avait atterri dans le monde des mortels ; pure et puissante, les gens ne pouvaient pas la regarder droit dans les yeux, et ils ne pouvaient rien trouver à redire en elle.

 

Tous les deux sourirent alors qu’ils apparaissaient sur les marches les plus hautes du palais. Même les étoiles semblables à du cristal qui étaient intégrées dans le ciel sombre avaient soudainement perdu leur éclat.

 

Les citoyens et les soldats de Chambord s’agenouillèrent tous et applaudirent : “Vive le roi Alexander !”

 

Beaucoup de gens avaient découvert pour la première fois que leur roi était si extraordinaire et si puissant. A ce moment, personne ne pouvait lier l’image parfaite du roi actuellement devant eux avec l’Alexander stupide. Ils s’agenouillèrent humblement sur la place et applaudirent avec leurs vies et leurs âmes.

 

Le Prince Tropinski qui était assis dans les sièges VIP du côté ouest de la place ne put s’empêcher de se lever. Pendant la journée, il était très dédaigneux à propos des rumeurs du roi. Il était seulement là pour participer à la fête parce qu’il voulait se moquer et taquiner le roi. Il ne remettait pas en cause son tempérament auparavant, et il pensait que s’il se tenait sur la place, il serait le centre d’attention et volerait la vedette à tout le monde … Mais maintenant, le prince de l’Empire Zenit eut soudainement un peu honte de son apparence. En voyant le couple devant le palais qui ressemblait à un couple fait au paradis, il réalisa avec surprise que son dédain et son insatisfaction envers ce royaume, ce château et ce roi disparurent rapidement.

 

Mais ce qu’il n’avait pas remarqué, c’était que ses hommes de main ne ressentaient pas la même chose. Derrière le prince, un chevalier chamois vêtu d’une armure complète et une cape rouge fixait Angela qui était encore sur l’escalier. La cupidité et l’obscénité emplissaient ses yeux, et les douzaines de cavaliers et de gardes derrière lui ne dissimulaient pas non plus leur désir.

 

D’un côté de la place.

 

Personne ne remarqua qu’à l’arrière de la foule à l’ombre des statues du dieu énorme, trois personnes couvertes de manteaux noirs se tenaient là tranquillement. Quand ils virent l’apparition du roi Alexander et Angela, la personne à l’avant fit un bruit, “Huh ?”. La voix semblait faible, comme si la personne venait juste de se remettre d’une maladie. La personne sembla surprise ; cette réaction fit se regarder les deux personnes à l’unisson ; ils n’avaient jamais vu cette réaction de la personne devant eux auparavant.

 

……

 

Après l’arrivée du roi et de la future reine, le carnaval sur la place s’était graduellement arrêté.

 

L’atmosphère était devenue formelle et solennelle. La foule avait volontairement fait un chemin, et Fei et Angela avaient lentement descendu des escaliers et s’étaient approchés des dix tours de bois.

 

L’atmosphère devenait plus solennelle.

 

Les guerres ne se s’étaient jamais terminées sur le continent d’Azeroth, et de nombreux soldats mourraient sur le champ de bataille chaque jour, chaque heure et chaque seconde. Enterrer tous les cadavres de ces soldats était devenu une opération énorme et longue et prenait en plus beaucoup de terrain. Pour empêcher que cette situation ne se produise, la coutume de la crémation des soldats morts s’était formée il y a longtemps. Peu importe que ce soit le roi, les nobles, les citoyens ou même les esclaves, s’ils mouraient au combat, ils seraient placés dans l’une de ces tours de bois et seraient incinérés. Le peuple d’Azeroth croyait que les âmes des guerriers seraient recueillies et resteraient avec le Dieu de la Guerre dans l’Empire des Dieux.

 

Selon la connaissance que Fei avait trouvée dans sa tête à propos des coutumes traditionnelles et de l’étiquette avec l’aide d’Angela, il escalada les tours et prit des pièces de monnaie d’or des mains d’Angela et les plaça individuellement sur les yeux des soldats morts. C’était une autre coutume sur le continent Azeroth. Les gens croyaient que placer des pièces d’or sur les yeux des soldats morts les aiderait à rouvrir leurs yeux dans le feu brûlant et à trouver le bon chemin vers l’Empire des Dieux.

 

C’était un processus compliqué et long.

 

Chambord avait perdu cent trente et un soldats courageux dans cette guerre défensive. Il devait y avoir du personnel spécial pour placer ces pièces d’or pour ces soldats morts, mais Fei insista de façon inattendue pour le faire lui-même. Selon la coutume, seuls les grands nobles ou héros qui avaient grandement contribué au royaume avaient eu l’honneur d’avoir des pièces d’or placées sur leurs yeux par le roi ; L’action de Fei avait accordé un honneur sans précédent à ces soldats ordinaires.

 

De toute évidence, c’était son intention de gagner les faveurs de son peuple.

 

C’était calme sur la place ; personne ne dit un mot. Le vent semblait s’arrêter aussi. Seules quelques femmes vêtues de robes noires, à l’égal des prêtres des temples, chantaient une chanson ancienne dans l’escalier devant le palais. La chanson n’avait pas de paroles, mais elle était quand même répandue à travers le continent ; c’était une chanson pour dire adieu à ses proches.

 

Fei couvrit patiemment les yeux de tous les soldats morts avec des pièces d’or sous l’attention de tout le monde, puis il alluma les herbes sur lesquelles les corps reposaient. Le feu rapide dévora bientôt les corps des morts, et les familles qui avaient perdu leurs proches s’effondrèrent et crièrent à haute voix ……

 

L’ensemble du processus avait pris environ une heure.

 

Après le feu, les cadavres et les dix tours de bois en cendres, l’atmosphère sur la place s’était finalement calmée. Les pleurs s’arrêtèrent peu à peu et les médecins recueillirent soigneusement les cendres et les placèrent dans un énorme cercueil noir. Après douze jours, ce cercueil serait transporté sur la plus haute montagne à l’est de Chambord et y serait enterré. De cette façon, les âmes des guerriers seraient les premières à voir le beau lever de soleil – c’était la coutume de Chambord.

 

Après tout cela, la place revint à son atmosphère gaie et animée précédente.

 

Les gens commencèrent à chanter et à danser pour célébrer leur victoire dans la guerre. L’atmosphère de folie devint encore plus chaude sous le feu brûlant. Indépendamment de l’âge, du sexe et de la classe sociale, les gens se tinrent les mains ensemble et dansèrent. Même les soldats qui patrouillaient avaient été traînés dans la foule, ainsi que Fei et Angela. Lors de la célébration, tout le monde était égal. Le prince Tropinski et ses gardes étaient également invités.

 

Certaines femmes rirent en portant des assiettes pleines de fruits et de barbecue dans la foule.

 

Prince Tropinski fut influencé par l’atmosphère joyeuse. À ce moment, il mit de côté son arrogance et sa froideur et redevint un gamin de 17 ans. Il tint les mains d’autres jeunes garçons et jeunes filles et forma un grand cercle et dansa autour d’un feu de joie ; il était comme un oiseau qui venait de sortir de sa cage, libre et ravi.

 

Mais ce que Tropinski et les autres ne remarquèrent pas, c’était que ses gardes et ce chevalier aux cheveux rouges riaient et se frayaient un chemin jusqu’au centre de la place. Ils avaient tous un sourire malveillant sur le visage ; leurs yeux brillaient.

 

La direction où ils se pressaient au milieu de la place était où la pure déesse Angela et la blonde Emma et leurs copines dansaient joyeusement. La fille souriait joyeusement ; son beau visage était rempli de rires et de bonheur, comme un petit ange.

 

Traduit de la version anglaise de Noodletown

Lien : http://www.noodletowntranslated.com/hail-the-king/hail-the-king-chapter-58/

 

Tous les chapitres

Chapitre précédent

Chapitre suivant

1 Comment

  1. Hifumi171

    Merci

Laisser un commentaire

:)