Chapitre 13 : Le calme après la tempête

Les soldats étaient devenus fous. C’était trop surprenant !

 

Tout comme verser une tasse d’eau dans une casserole d’huile bouillante, l’excitation se répandit partout. Chaque défenseur sentait une sensation de chaleur à l’intérieur d’eux, comme un feu qui voulait éclater. Toute l’excitation et la gloire de s’être battu au côté du roi s’étaient réunies et formées en un seul cri

 

“Vive le roi Alexander !”

 

Les sons du cri se propagèrent et avaient même attiré l’attention des ennemis dans leur base, située de l’autre côté du fossé de Zuli.

 

Fei criait avec les soldats. Il était sûr qu’il les avait tous impressionnés. Pour rendre son « retour » plus épique, il agita la main pour calmer la foule.

 

Les soldats fermèrent rapidement leurs bouches. Ils suivirent les ordres de Fei comme si Fei était un dieu. Fei se dirigea vers le centre du mur défensif. Regardant tous les soldats, il leva son trophée, l’épée du guerrier des trois étoiles Landes, et applaudit : « Vive Chambord ! »

 

L’épée sanglante, le héros invincible, les restes des ennemis, la lumière dorée du soleil couchant et le roi divin …….

 

Toutes ces choses stimulaient encore plus les soldats. Ils levèrent leur arme et applaudirent.

 

“Vive Chambord ! Vive le roi Alexander ! »

 

“Vive …”

 

Tandis que les soldats applaudissaient, Fei se retourna brusquement et pointa son épée vers la base ennemie et cria : « Mes guerriers, criez avec moi ! Allez-vous faire foutre avec votre idiot de maitre par derrière ! ”

 

“Hahaha !” Les soldats rirent tous de façon incontrôlable.

 

Ils avaient rapidement réalisé que le roi ne valait pas seulement leur respect ; ils pouvaient aussi se liés à lui, les faisant admirer encore plus. Les soldats se précipitèrent vers le bord extérieur du mur défensif et crièrent à la base des ennemis, ” Allez-vous faire foutre avec votre idiot de maitre par derrière ! … Bâtards … Hahaha !”

 

La peur et la tristesse de la guerre s’étaient soudainement apaisées.

 

À ce moment-là…

 

“Alexander, comment es-tu arrivé ici ?”

 

Une voix surprise, inquiétante et inquiète vint du dos de Fei. Fei se retourna.

 

Il vit Angela dans une longue robe violette. Elle tenait les bords de sa robe en courant dans l’escalier du mur défensif.

 

La blonde, Emma hurlait et la poursuivait derrière elle. Elle semblait un peu folle.

 

Fei jeta l’épée qui était toujours ensanglantée et tourna la tête pour essuyer le sang sur ses lèvres. Après avoir senti que son apparence ne ferait pas peur à cet ange, il se retourna et marcha vers elle.

 

Sa marche se transforma en un sprint alors qu’il voyait qu’Angela était sur le point de tomber de l’escalier et il l’attrapa juste à temps. La sensation de douceur fit que Fei voulait vraiment embrasser sa belle fiancée.

 

“Cet endroit est trop dangereux ! Tu dois rentrer à l’intérieur ! ”

 

Angela n’avait pas vu ce qui s’était passé sur le champ de bataille. Il y avait de la sueur sur son visage et ses joues étaient complètement rouges à force de courir dans les escaliers. Des larmes s’étaient accumulées dans ses yeux alors qu’elle disait ça à Fei.

 

Il y a vingt minutes, Angela était retournée dans la chambre du palais avec Emma après avoir soigné le visage d’Emma. Elles furent surprises de découvrir qu’Alexander avait disparu et qu’il y avait une armure entièrement blindé coupée en deux dans le palais. Elles étaient vraiment anxieuses et inquiètes pour Alexander.

 

Angela se blâmait encore et encore d’avoir laissé Alexander seul au palais.

 

Elles fouillèrent tout le palais, y compris les endroits où Alexander aimait aller, mais ne trouvèrent aucun indice. Alors qu’elles étaient désespérées et sur le point de pleurer, elles entendirent une tonne de soldats crier : “Vive le roi Alexander !” Sur le mur de défense. Angela oublia sa propre sécurité et n’écouta pas la forte opposition d’Emma. Elle courut aussi vite qu’elle pouvait vers le champ de bataille.

 

Heureusement, la bataille était déjà terminée depuis un moment, et elle repéra tout de suite Alexander, entièrement vêtu d’une armure métallique.

 

“Es-tu blessé ?” Angela vit tout le sang sur l’armure de Fei.

 

Fei rit fièrement et pointa du doigt les cadavres des ennemis, “C’est juste leur sang … Eh, ne regarde pas, ces gars-là ont l’air dégoûtants.” Il bloqua rapidement le point de vue d’Angela. Il ne voulait pas que sa fiancée pure voie tout le sang et la violence.

 

Ce simple mouvement de Fei avait touché Angela.

 

À ce moment-là…

 

“Alexander, tu as presque dix-huit ans ! Peux-tu arrêter de créer des ennuis à Angela ? Sais-tu à quel point cet endroit est dangereux ? Tu as presque fait pleurer Angela … ”

 

Emma avait finalement rattrapé Angela. Comme elle n’avait aucune idée de ce qui s’était passé, elle commença à accuser Fei alors qu’elle prenait de profondes respirations ; les escaliers l’avaient vraiment fatiguée.

 

À l’époque où Alexander était encore un attardé, Angela et Emma l’avaient traité comme un petit frère, alors quand Emma était frustrée, elle avait oublié son statut de roi et avait crié comme une grande soeur.

 

Cependant, Fei ne se fâcha pas du tout. Il savait qu’elles étaient vraiment inquiètes pour lui, alors il décida de taquiner Emma un peu.

 

Il prétendit être bête, et comme s’il avait été accusé à tort, il dit : « Je n’ai rien fait de mal …… Je suis là pour tuer les ennemis … Regarde si tu ne me crois pas, je suis fort, et j’ai même tué beaucoup d’ennemis …… ”

 

Emma s’énerva encore plus.

 

“Tu plaisantes ? C’était déjà embarrassant quand tu as été évacué du mur défensif à cause d’une flèche la dernière fois. Veux-tu causer plus d’ennuis cette fois ? Tuer les ennemis ? Ce serait génial si tu ne gâche pas la défense pour nous ! Rentrons ! Si tu causes encore plus de problèmes, je vais laisser Angela gifler tes fesses ! ”

 

“Gifler mes fesses ?”

 

L’expression de Fei devint étrange. Quand le vieil Alexander causait des ennuis, Angela avait-elle toujours gifler ses fesses ? Les pensées de Fei devenaient vraiment inappropriées.

 

“Ok, rentrons Alexander ! Cet endroit est trop dangereux “, déclara Angela. Elle retint la main de Fei et se mit à marcher vers le palais du roi. Elle se dit : « Nous devons quitter cet endroit sanglant, j’espère que cela ne traumatisera pas le pauvre Alexander. »

 

“Non, Angela !” Fei refusa l’intention attentionnée de cette belle fille.

 

Il redressa les cheveux noirs d’Angela qui avaient été salis par tous les sprints et escaliers. Abaissant son corps à l’oreille d’Angela, il dit : “Angela, tu te souviens ? Plus tôt, tu m’as dit que je devais être un roi courageux. Maintenant, je serai là avec mes soldats jusqu’à ce que nous combattions les ennemis. ”

 

Bien que ce que Fei disait était très honorable et émouvant, il faisait aussi de son mieux pour impressionner cette fille. “Les héros sont ce dont les filles rêvent !” Se dit-il.

 

“Ça suffit ! Alexander, tu causes encore des problèmes ! » Emma ne prit pas les mots de Fei au sérieux. Son visage rouge vif fulgurait de colère, tandis que ses yeux de saphir étaient remplis de frustration.

 

“Angela, Emma, ​​laissez Alexander rester !”

 

Le guerrier à trois étoiles Lampard marcha vers elles. Il tapota Emma dans le dos pour la calmer tandis qu’il regardait Fei avec un air perplexe.

 

Lampard sentit qu’il ne pouvait plus comprendre ce petit roi. Il n’avait toujours pas digéré tout le choc qu’Alexander, qu’il avait vu grandir et se faire rire par tout le monde, lui donnait aujourd’hui.

 

“Quoi ? Monsieur Lampard, vous …… ”

 

Angela et Emma ne s’attendaient pas à ce que Lampard dise cela ; elles étaient très surprises.

 

Tous deux savaient qu’à part elles-mêmes dans le château de Chambord, le seul qui se souciait réellement d’Alexander était le guerrier à trois étoiles Lampard, qui avait protégé Alexander dès son plus jeune âge. Ils ne pouvaient pas croire que Lampard permettait à Alexander qui « n’avait pas » de capacités défensives de rester sur le dangereux mur défensif.

 

“Angela, Emma, ​​regardez la façon dont les soldats regardent Alexander …”

 

Lampard désigna les soldats qui étaient en train de se reposer et de mettre en place plus de barrières défensives. En regardant Fei exalté, il sourit et dit : “Ce qu’Alexander a dit est vrai. Si ce n’était pas pour lui qui se présentait juste à temps et sauvait la journée, Chambord aurait déjà été conquis … Angela, je suis d’accord. Tu avais raison quand tu as dit qu’Alexander deviendrait le plus grand roi ! D’accord, je suis un peu fatigué, je dois me reposer ! ”

 

Il se retourna rapidement et partit.

 

Cependant, personne ne remarqua le mince filet de sang qui coulait de sa bouche …

 

 


Traduit de la version anglaise de Noodletown

Lien : http://www.noodletowntranslated.com/hail-the-king/hail-the-king-chapter-13/


Tous les chapitres

Chapitre précédent

Chapitre suivant

2 Comments

  1. meifumado1

    Merci, toutes vos projets me font saliver.

Laisser un commentaire

:)